Revue de l'art brut, des créations singulières, de l'art populaire et des expressions marginales ou bizarres. Art outsider, hors-normes, singulier…

Les ruines « publiques »de la Vacherie

Les ruines de la vacherie

Les ruines de la Vacherie

Les ruines de la Vacherie

DEPUIS NOTRE PETIT TEXTE sur les « Ruines Fin-de-Siècle »(1) de Troyes, de nouveaux documents sur ce site à jamais disparu sont entrés en notre possession. Tout d’abord, grâce au Libraire Gérard Oberlé, nous avons pu acquérir deux clichés originaux (format 25×30) de E. Guyot, photographe 2 rue de la Paix à Troyes. Ensuite, Monsieur François Berquet, Conservateur chargé du Patrimoine, nous a gracieusement communiqué l’article de Louis Morin publié dans L’Almanach du Petit Troyen de 1901. Cet article contient l’une de nos photographies (2) ; l’autre semble inédite.

Nous republions ces témoignages fragiles en hommage aux oubliés de l’Art Brut.

Excursions troyennes :

Les « Ruines publiques » de la Vacherie

LE PROMENEUR qui abandonne la grande rue de la Vacherie, à la hauteur du Bal des Lilas (Établissement Hugo, Unterwald, successeur), pour s’engager dans la rue du Grand-Véon, aperçoit vers la gauche, à quelques mètres de la route et non loin de plusieurs trous à grève, une série de constructions hétéroclites se découpant à cru sur la verdure des arbres environnants. Neuf tourelles en briques élèvent en cet endroit, vers le ciel, leurs flèches pointues ou leurs extrémités en globe.

Qu’est ceci, qui jure si étrangement avec le paysage ? Quel château chimérique dresse là ses défenses surannées ? À quelle divinité inconnue ces clochetons portent-ils les hommages de fidèles invraisemblables ? Quel culte bizarre abrite ses risibles secrets derrière ces murs sans fenêtres, ou quel soldat fabuleux a pointé ces canons dont la gueule enferme encore le boulet prisonnier ?

La question reste sans réponse.

Examinons de plus près ces monuments ; ils nous livreront peut-être le mot de l’énigme.

Les "ruines" de la Vacherie
Les « ruines » de la Vacherie

Les deux tourelles centrales, sœurs siamoises, mais non jumelles, sont montées d’un seul jet, coupé de minces entablements, jusqu’à la base du comble, qui s’élève amplement carré pour se terminer par une pointe aiguë. À chaque coin est une échauguette hardiment équilibrée.

Celle de ces tourelles qui est à gauche, datée de 1898, est décorée d’un rang de larges coquillages plats, d’un corps de girouette représentant la gueule ouverte d’un animal fantastique, et d’une balance qui représente mal la Justice, car l’un de ses plateaux (seules parties visibles) est plus haut que son pendant.

Dans l’autre tourelle (1899), à deux mètres environ du sol, a été ménagée une niche qui renferme, derrière un grillage, les bustes de Minerve et de Mars -la Paix et la Guerre; plus haut, un rang de coquillages, puis quatre tubes supportés par autant de bavettes de pierre blanche et figurant des canons braqués.

Un écriteau portant ces mots :

SOUVENIR
DE 83 ANS DE
TRAVAIL

rappelle le long et rude labeur du père du constructeur et de ses cinq garçons.

Ces deux tourelles sont réunies presque à leur sommet par une troisième, toute petite, à laquelle est fixé un cadran marquant midi moins un quart, ce qui fait dire aux habitants du quartier que « l’aiguille aux trois quarts touche ».

LE CADRAN EST CENSÉ ÊTRE ÉCLAIRÉ par une ancienne lanterne de roulier qui dut faire bien des fois le voyage de Troyes à Langres, aux flancs des charrettes qui reliaient les deux villes, voici une soixantaine d’années, en service accéléré; elle a encore son tiroir où l’on plaçait la chandelle d’un sou, le briquet et l’amadou indispensables en ce temps où l’on manquait d’allumettes. Dessous sont accrochés des anneaux de la chaîne qui entourait la feue Halle aux Blés de Troyes, ainsi que plusieurs roues des wagonnets Decauville qui servaient à transporter la grève de l’intérieur de la propriété jusqu’à la route.

Sur un écriteau, on lit :

RUINES
PUBLIQUES
FIN DE SIÈCLE

D’autres pancartes barrent d’une ligne blanche les deux tourelles; on voit sur l’une les vers suivants, où se reconnaît la manière de faire d’un ami dont le jardinet, lieu de poétiques rêveries, se trouve non loin de là :

Arrête-toi, passant, contemple ces vestiges ;
Sans les considérer comme étant des prodiges,
Vois s’ils n’ont pas un air railleur, mystérieux,

En se dressant ici pour parler à nos yeux.
Provenant du salon, de la manufacture,
Du bouge ou du palais tombés en pourriture,
Ils nous disent tout bas : « L’incertain avenir
Aura le sort commun : celui du souvenir.

Les deux tours (1898, 1899) qui avoisinent celles ci-dessus décrites sont plus simples dans leur partie inférieure, ornée de gibernes de gardes nationaux et d’inscriptions relatives à la guerre de Crimée. La partie supérieure est formée d’une pyramide centrale surmontée d’une tourie formant dôme; aux angles, des quarts de pyramides (tourelle gauche) sortent, croisées, deux hallebardes provenant de la vente d’armes faite il y a quelques années par la Ville de Troyes; contre celle de droite, une enseigne de bureau de tabac.

L’autre paire de tourelles qui suit (1900, 1899), toujours en prenant celles de gauche et de droite, consiste en deux tours carrées comme toutes les autres, massives jusqu’à une certaine hauteur, puis s’amincissant pour finir presque en pointe par une étroite plate-forme où sont à l’étroit deux statuettes : une Chinoise d’un côté, un berger de l’autre. À mi-côte de la tourelle gauche, Bonaparte domine le globe du monde. À proximité, deux quatrains de la même source que les précédents.

VENONS MAIN TENANT AUX TOURELLES DES EXTRÉMITÉS.

Moins élevées que leurs voisines immédiates, une sorte de col en étranglement rend leur silhouette plus gracieuse. À hauteur d’homme, une rentrée a été ménagée dans leurs angles vifs pour faire place à de minuscules colonnettes. Dans celle de gauche, une niche grillée emprisonne quatre statuettes : pêcheur et pêcheuse ; Anglais et Anglaise. Le sommet est formé d’un groupe de bouteilles qui en supportent une finale. La tour de droite est terminée par une tourie; dessous, Garibaldi à cheval; une pelle et des pincettes, du meilleur style, croisent fraternellement leurs tiges; çà et là des canons, des boulets factices, sauf un, cependant, qui a été trouvé à la Guillotière et date de 1814. Une plaque de cheminée en fonte, du XVIIe siècle, malheureusement incomplète, montre encore le blason royal sur un fond couleur suie de la meilleure patine.

Un drapeau surmonte chaque tourelle; derrière, quelques arbres passent leurs. têtes feuillues, tandis que d’autres, à côté, dépouillés de leur toison verte, dressent au ciel des fûts dénudés et tortueux dont l’un est paré d’une touffe de gui qui, sur l’image, rappelle ces têtes de décapités dont étaient ornées, avant la conquête, les murailles des cités dahoméennes.

Une deuxième tourelle, invisible sur l’image, fluette et presque dépourvue d’ornements, sert de sentinelle avancée au groupe imposant de ses compagnes; elle marque l’emplacement, assure-t-on, de nouvelles constructions que le siècle naissant verrait grandir.

La clôture du terrain où sont élevées les « Ruines publiques » est faite de poutres de la Halle aux Blés tant regrettée par beaucoup de nos concitoyens, d’une colonne en pierre du même monument, et de rails Decauville; un paratonnerre se dresse à l’entrée. De l’autre côté de la route, des bornes venant aussi de la Halle, et reliées encore par leurs chaînes, gardent une maisonnette caparaçonnée de vieille tôlerie et ferblanterie, devant laquelle trois ou quatre hauts sapins sont garnis de toutes sortes d’objets de rebut, semblant autant d’ex-voto.

Les « Ruines Publiques fin de siècle » sont établies avec des débris de briques de tous échantillons et de menues pierres retirées des décombres transportés par les propriétaires des graviers voisins pour combler les trous de leur exploitation.

Ces matériaux proviennent d’un peu partout, chaque quartier de la ville en a livré son contingent ; il en est même d’origine remarquable, comme ceux fournis par l’Hôtel de Ville, par l’église Saint-Urbain, par la Halle aux Blés. Ils sont posés à sec, sans chaux, sans plâtre ni ciment; des cales en tuiles plates, en ardoise, en tôle ou en zinc, voire en carton-pierre, établissent le nivellement des divers plants, difficiles à obtenir à cause de l’inégalité des types employés et des restes de mortier qui y adhèrent.

L’ensemble est tellement bien d’aplomb, sur des bases sans fondations, que les derniers ouragans, dont maintes cheminées ont souffert, n’ont eu aucune influence sur les « Ruines », sauf peut-être d’avoir désarçonné Garibaldi, à moins que quelque gamin ne soit coupable de cette irrévérence.

MAINTENANT QUE LA DESCRIPTION qui précède, aidée de l’image, a fait comprendre à ceux qui ne les ont pas vues ce que sont les constructions déjà célèbres de la Vacherie, essayons de démêler le mobile de leur auteur en les édifiant.
Car il est inadmissible que ce soient de simples bâtisses faites au hasard d’une inspiration fantaisiste; et comme elles ont encore moins une destination utilitaire, le sentiment qui a conduit la main de l’ouvrier peut être intéressant à rechercher.

Une chose, tout d’abord, vient réfréner la pensée, désavantageuse qui naît la première devant l’apparente incohérence du groupe : c’est que chacune des unités qui le composent est voulue, préméditée, préparée.

En présence d’un tas de vieux matériaux inutilisables, le maître de céans résolut de les faire servie à édifier quelque chose de personnel, d’original dans les deux sens du mot. Alors il laissa germer cette idée dans son cerveau; il fit et défit des essais voilà cinq ans au moins que les premiers ont intrigué voisins et promeneurs ; puis un jour il se mit à l’œuvre.

Mais non tout de suite sur le terrain. Pour ne laisser rien à l’imprévu, pour ne pas travailleren aveugle, il traça d’abord des plans; j’ai vu plusieurs de ceux-ci : chaque pierre, chaque brique à employer y est indiquée, avec sa forme et sa couleur, de sorte qu’avant de commencer, l’architecte de ces surprenantes pyramides en connaissait l’aspect définitif et jugeait de leur effet final.

Celui qui a choisi les délicieuses statuettes que Charles Gros décrivit en de si beaux vers dans l’Almanach du Petit Troyen de 1899, et qui en a si poétiquement peuplé les solitudes de ses graviers, avait une autre idée en tête, en élevant ses curieuses bâtisses, que celle d’épater ou de mystifier ses concitoyens.

Cet homme a été tout sa vie un actif ; le travail a été sa seule occupation, presque sa seule préoccupation : pas ce travail comprimé, mesquin, qui use et qui abrutit, mais le bon travail libre au grand air, fortifiant la corps en le fatigant, fortifiant la tête aussi, mais en la ménageant.

Et aujourd’hui que l’heure du repos pourrait être venue, ce vaillant emploie à des travaux désintéressés, effectués seul, les forces inoccupées d’un tempérament à toute épreuve. Il le fait dans l’entière plénitude d’une volonté consciente. Artiste à sa façon, il crée, selon des formules qui répondent à sa conception personnelle du beau, une œuvre que peu apprécient, mais qui, néanmoins, étonne tout le monde. Lui, sans en tirer vanité, il jouit du résultat obtenu, écoutant complaisamment discutant parfois sans humeur les appréciations bien diverses de ses nombreux visiteurs. Son rêve a pris corps et les critiques le laissent froid.

M AIS POURQUOI « RUINES », dira-t-on, alors que les pyramides de la Vacherie, édifiées d’hier, sont complètes dans toutes leurs parties ?

Il y a en cela, semble-t-il, une intention philosophique. Synthèse de débris de toutes sortes, réunissant en elles les témoins d’innombrables démolitions, la brique vernissée du pavillon bourgeois y étant venue rejoindre, sur la même large pelle que le moellon de la chaumière, un capharnaüm de résidus domestiques et industriels, ces monuments sont en réalité des amas de ruines, de ruines d’autant plus ruines qu’étant éloignées des lieux qui les avaient vues dans leur période active, la pensée même n’en peut reconstituer la forme primitive.

Les Ruines publiques fin de siècle méritent donc leur titre, comme elles valent qu’on se dérange pour les aller voir ; d’autant plus que, ainsi que l’a dit Célestin Moriat :

La contrée est charmante et tout l’été est fleurie… (3)

Louis Morin
Gazogène n°19

————————–

1. Voir Gazogène n° 17.
2. C’est celle qui figure en couverture .
3. Nous faisons grâce à nos lecteurs des poèmes qui clôturent l’article de Louis Morin composés par Célestin Moriat, Lucien Morel, Aristide Étienne…

———————-

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.