Revue de l'art brut, des créations singulières, de l'art populaire et des expressions marginales ou bizarres. Art outsider, hors-normes, singulier…

Ody Saban

Le Sabbat surréaliste et libertaire d’Ody Saban

par Jean-François Maurice

Dessin d'Ody Saban

Dessin d'Ody Saban

L’art d’Ody Saban s’enracine dans l’étrangeté, au sens propre par sa naissance dans l’antique Constantinople, au sens figuré inspirée qu’elle est par toutes les divinations alchimiques, au sens culturel et politique par ses rencontres et affinités avec le Surréalisme et l’Anarchisme.

Ody Saban ne peut écrire,dessiner, peindre qu’en état de transe, comme la Pythie, l’oracle de Delphes. À moins que Dionysos ne guide la main de notre féminine énergumène ! On va encore dire que j’exagère ? Il suffit pourtant de regarder les dessins d’Ody Saban : tout est volute, ligne courbe, gribouillis sensuels… tout est trace suggestive, formes érotiques, copulations fiévreuses…

Certes, l’art d’Ody Saban ne se réduit pas à je ne sais quel Sabbat de sorcières ni ses textes à je ne sais quels livres du « second rayon », qu’on « ne lit que d’une main » ! Il y a chez elle une joie de créer, une joie de vivre, qui dépasse tous les jugements moraux aussi bien qu’esthétiques. La fièvre est là, mais ce n’est jamais une excitation brouillonne qui oublie l’essentiel. L’art d’Ody Saban s’enracine dans une révolte viscérale qui n’oublie jamais la condition faite aux femmes, aux émigrés, aux humiliés) Chaque dessin d’Ody Saban malgré son humble forme transporte sa dose de corrosif acide. Méfiez-vous qu’à leur contact vos belles œuvres d’art ne soient rongées d’un indicible mal.

Jean-François Maurice
Gazogène n°16

Publicités