Revue de l'art brut, des créations singulières, de l'art populaire et des expressions marginales ou bizarres. Art outsider, hors-normes, singulier…

Articles tagués “revue

Œillets rouges pour Jean Vodaine

Œillets rouges pour Jean Vodaine

Jean Vodaine fête cette année ses 70 ans, 70 ans richement remplis mais avec un tel « refus de parvenir » selon l’expression de Henri Poulaille, qu’un temps, on l’a cru mort ! Il n’en était rien, fort heureusement et sa vitalité créatrice est toujours intacte. Les événements récents en Yougoslavie nous ont rendu tristement familier le pays natal de Jean Vodaine : la Slovénie. Mais qu’est-ce qu’être slovène si ce n’est être européen ?

Dans l’immédiate après-guerre nous retrouvons Jean dans l’Est de la France. Il est d’abord ouvrier bottier et ouvrier tout court, dans la métallurgie.Dès 1949 il est de ces « Travailleurs Manuels Libres » qui fondent une revue : Poésie avec nous , sous l’œil de Michel Ragon. Ils publient le mineur Jules Mougin, l’autre cordonnier Gaston Chaissac, sans oublier Jean L’Anselme et quelques autres !

Jean Vodaine
Jean Vodaine : les hommes naissent…

Puis ce sont, entre 1950 et 1954, les numéros du Courrier de Poésie et la composition par Jean Vodaine des brochures de Gaston Chaissac ; Anatole Jakovsky, Franz Hellens… Enfin après La Tour aux Puces, ce sera de 1962 à 1984 la revue Dire. Dire, revue d’une totale liberté, imprimée selon les circonstances – inutiles de préciser lesquelles – sur beau papier vélin ou sur papier kraft d’emballage…
Dire qui, dès 1965, sera sous-titrée Revue Européenne de Poésie et dont le contenu répondra à ce programme avec des numéros sur la poésie de langue allemande au Luxembourg (N°22, Printemps 1977), prélude à La Poésie en Lorraine (N°33, Printemps 1982) ou à La Poésie Alsacienne, sans oublier ces Œillets Rouges à Paris sur la poésie slovène, traduite par Jean Vodaine et Véno Pilon…
Mais Dire explorera bien d’autres domaines singuliers comme la poésie Négro-Africaine et Malgache de langue française (N°13-14,Printemps 1971), et nous en oublions certainement, ou nous ne connaissons pas d’autres sujets tout aussi particuliers !

Si Jean Vodaine réalise la plupart des illustrations à partir de gravures sur linoléum, Gaston Chaissac, mais aussi Jean Dubuffet, apportèrent leur contribution. C’est sans doute avec Gaston Chaissac que la relation fut la plus profonde. Relation seulement épistolaire si j’ai bien compris Jean Vodaine. Mais relation qui se prolongea au delà la mort comme en témoigne l’ultime livre unissant Jean Vodaine et Gaston Chaissac : La Leçon de Gravure.

Jean Vodaine
Jean Vodaine : Chant de la Hogan

Quant aux sommaires de cette revue Dire, revue pochette, pochette- surprise, poèmes-affiches, on y retrouve notre ami Marcel Béalu, les poètes de l’École de Rochefort, Luc Bérimont, Jean Follain… mais aussi Raymond Queneau, Arrabal, André De Richaud, Joseph Delteil…

Mais Jean Vodaine n’est pas seulement le conteur, le poète, le graveur, l’imprimeur aux typogrammes plein de fantaisies, il est aussi peintre. Ses créations sur Isorel sont autant de grands monotypes gris, œuvres richement coloriées et composées comme d’immenses mosaïques pointillées.
Encore que les œuvres que nous voyons aujourd’hui ne représentent qu’une petite partie, et une période, de sa création. En effet, Jean Vodaine a brûlé un jour une série d’œuvres dont on lui avait dit qu’elles ressemblaient fortement à du Kokoshka…

Tel est le personnage à la fois si humble et si hors du commun, avec cet œillet rouge qu’il arbore parfois à la boutonnière d’un simple polo.

L’œillet rouge, symbole de la Slovénie -libre ! – bien sûr.

Jean-François Maurice
Gazogène
n°02

Publicités

Jean Dubuffet : correspondance

Quevert et Pauneau. Vente aux enchères

Jean Dubuffet : lettres

(Le lundi 17 juin 1991, maître Loudemer a vendu à Drouot des lettres, manuscrits, livres, etc… Parmi ceux-ci, des correspondances de Chaissac et Dubuffet. Un superbe catalogue a heureusement donné une idée de ces inédits. Nous en reproduisons les pages qui peuvent intéresser les amateurs d’art singulier.)

(Lire la correspondance Gaston Chaissac / Raymond Queneau)

DUBUFFET (Jean). IMPORTANTE CORRESPONDANCE adressée à Raymond Queneau, composée de 35 LETTRES AUTOGRAPHES signées, au stylo à bille bleu ou noir, 11 LETTRES DACTYLOGRAPHIÉES signées, soit 49 feuillets, in-4 pour la plupart, 8 enveloppes et 2 CARTES POSTALES.

Correspondance : Jean Dubuffet
Correspondance : Jean Dubuffet

IImportante correspondance, depuis 1950, alors qu’ils ne se connaissaient pas encore, et jusqu’à la mort de Queneau en 1976.
Seules 5 de ces lettres sont reproduites dans Jean Dubuffet. Prospectus et tous écrits suivants, publié par Gallimard en 1967. Le reste de cette correspondance semble inédit. (suite, correspondance Jean Dubuffet / Raymond Queneau)

30 octobre 1950. Dubuffet justifie la découverte de son jargon et en donne la genèse. J’ai étudié très assidument pendant. trois années un dialecte arabe parlé par les bédouins du Sahara, et j’ai commencé par écrire cette langue phonétiquement en caractères latins...

Je serais bien ennuyé quon croie que je vous ai malhonnêtement emprunté votre idée car ce serait là une erreur. Si vous l’avez cru. vous-même, vous vous êtes trompé.

quand j’ai entrepris de rédiger ces petits textes, il m’a semblé que j’avais trouvé là un mode dexpression et une voie de recherches qui se trouvaient être, dans le domaine d’écrire, tout à fait analogues à ce que je mapplique par ailleurs depuis plusieurs années à faire dans le domaine de peindre et dessiner...

En bas de la page, au stylo à bille SKI IAN NA DE ZERER DANSMOND
Prospectus t.I, p.481

3 nov. [1950]. Sur La petite cosmogonie portative.
Bien merci de votre très gentille lettre et c’est alors moi qui suis confus d’avoir bêtement interprété et ne rectifiez jamais rien
du tout à cet excellent texte auquel je souhaite nombreuses éditions et nombreux disciples…
Je souhaite qu’un de ces jours on se rencontre (je veux dire: in corpore) et qu’on lève ensemble quelque vin blanc ou amer-Picon en l
honneur d’Henri Monnier, deschansons populaires mauresques et des riches voies ouvertes à ceux qui décideront de... se vouer sans compromis à la seule langue parlée…
En fin de page, cet ajout autographe on pourrait même boire encore un deuxième en l’honneur du Ptit Quinquin et en l’honneur des pièces du répertoire du Guignol Lyonnais.
Prospectus t.II, p.483

Vence, 21 juillet 61.Réaction à Cent mille milliards de poèmes. Ce qui est foncièrement chouette c’est le vaillant entrain de chacun de ces vers de rechange, leur pas décidé de petit escouade partant à la bataille fifres en tête ;… On se demande comment ça se fait qu’on na pas toujours fait en tous temps et tous lieux de ces poèmes à éléments interchangeables...

Vence, 4 septembre 61. Par l’intermédiaire de Queneau, Dubuffet acquiert de Simone Collinet des dessins de Scottie Wilson pour l’Art Brut…. Je les voudrais tous... Qu’elle fasse son prix, un bon prix qui lui remplisse l’esprit d’aise et lui soit consolatrice et compensatrice pensée aux heures de pointe des douleurs de fracture…

Vence,27 octobre [1961]… Pour le tocard, le chienlit, le jean-foutre, on a déjà à Vence de quoi se mettre sous la dent... Je vous ai envoyé un texte qui ma paru insolite et intéressant. Il est intitulé « Traité des Épluchures » ouquelque chose de ce genre. L’auteur en est un instituteur lyonnais nommé Philippe DEREUX…Je crois que notre Paulhan sauterait dessuspour la rubrique « Dimanche» de sa NNRF mais la NNRF me soulève le cœur, ça serait donner des confitures aux cochons. Les « cahiers» du Collège ça nirait pas non plus, cest ricanant et trop collégial. Nadaud ,ce nest pas le genre...

Vence, 26.4.1962. Carte postale. Àla lecture du Chiendent : Je ris que daucuns se bronzent à de grossiers soleils moi je prends des bains de Queneau et je me bronze lâme…

Paris, dimanche [1962]. Enthousiasme à la lecture des œuvres complètes de Sally Mara,qui viennent de paraître chez Gallimard… vous battez le briquet de la joie de vivre sur la meule du désespoir et tirez par ce moyen des grandes étincelles que personne na encore jamais obtenues… La lecture du journal intime de la gonzesse Sally Mara donne une satisfaction qui ne· sinterrompt pas un instant de la première ligne à la dernière : jamais rien lu qui soit aussi profondément marrant…
Prospectus t.II, p.371

Dimanche N° 2… Le secret de votre utilisation de linstrument provient d’appuyer à la fois sur les deux pédales, celles du chaud et celle du froid, celle de la philosophie cogitante et nihilisante et celle du vif surgissant qui fait àcelle-ci obstacle et démenti...

Vence, mercredi 27 novembre 1963. Réponse au texte de Queneau, qui paraîtra dans Les peintres contemporains, collection La galerie des hommes célèbres. Je suis émerveillé quon puisse me croire un peintre lèbre, mais d’abord un peintre... Oui monsieur, disait Alexandre Dumas, il est vrai que mon père était un nègre ; et mon grand père était un singe ; cest à linverse de votre famille où le singe est le petit fils... Que je me complaise moi- même à alimenter léquivoque cest là un lièvre que vous soulevez à très juste titre. Pour quelles raisons ? Dans la crainte, peut-être, que lart fonctionne mieux là oùon ne le voit pas venir, avec ses grands pieds bêtes… Il faut du grandiose à la célébration et donc du saugrenu. Sans saugrenu est le grandiose ? est leffet de surgissement sans un transport dans le saugrenu ?
Prospectus tII, p.378

Vence, 25 février 1964. Remercie Queneau de son commentaire sur un tableau... du bienveillant regard. dont vous gratifiez mes quatre gobergeurs qui se sont substitués à lâne égaré dans les feuilles de bardane. Janine ma écrit en leur honneur des choses si gentilles !Venez vite à Vence pour que nous arrosions la signature du traité de paix avec Gallimard…
Il poursuit avec le projet du livre de Limbour.

Vence, 13 avril 1964. Astucieusement, mon cher Queneau, comme un malin singe, je voudrais manigancer que soient nouées ensemble et concomitantes les signatures des contrats concernant respectivement l‘édition de mes propres ridicules écrits et celle du brillant livre de Limbour sur le développement de mes travaux de 1953 à 1964 et qui constitue le deuxième tome de son ancien « Tableau bon levain »

Paris, 7 janvier 1965. Période morose… Récemment transpordans les pénombreux bas fonds de la lumre crépusculaire parisienne de cette saison…je mévertue à rassembler mes idées, je ny parviens guère; par moments me reviennent des souvenirs confus, des débuts d‘émerqements, des lueurs de présence d‘espritL‘affaire de la double édition par Gallimard de mes écrits au complet et du livre de Limbour sur mes peintures est en panne, bloquée ; … il y a une malédiction sur mes entreprises avec la maison Gallimard…Nous nous demandons, Limbour et moi si vraiment Gallimard a dans lidée de faire ce livre ou bien de nous mener en bateau dans une navigation au très long cours…

Paris, dimanche 14 février 1965… Je vous remercie de donner vos soins à cette épineuse affaire de double édition du livre de Limbour et de mes propres textes... Bien sûr je suis tout à fait daccord pour aider au financement du livre de Limbour par une subvention de complément si cest là seulement ce qui cloche…je bois du bon lait quand vous me complimentez sur mes petits talents de commentateur douvrages dart. Je travaille ces jours ci à un commentaire massif des œuvres d’Aloïse…

Paris, 25 mars 1965. A reçu Le Chien à la Mandoline paru chez Gallimard. Pas ordinaire ce quil nous envoie, ce chien là sur sa mandoline…Enfin des poèmes quon lit avec gloutonnerie. Enfin de l’invention. Enfin de la surprise, de l’inattendu. Enfin éclatée la coquille du compassé… La position de cette neuve musique gorge de pigeon célébratrice-néqatrice elle est très justement la position de la pensée et de la vision de tout un…Suivent diverses notes sur le principe de la pensée… Le bombardement du nihilisme sur le goût du vif est le mécanisme de la drôlerie comme il est celui de l’art, cest d’où vient le cousinage entre leffet de drôlerie et l’effet de création d’art…
Prospectus tII, p.389

Vence, 18 avril 1965. C’est pour moi grand honneur et grand plaisir que vous envisagez de présenter le film de Patris et, bien sûr, je suis d’accord avec empressement… ce film, il me faut bien le dire, il me met assez mal à l’aise, je naime pas du tout lidée de le voir livré au public. Vous savez sans doute comment il a été fait: à mon insu et pour ainsi dire contre ma volonté. Patris mavait parlé d’un film sur mes peintures et dans lequel il était promis que je napparaîtrais personnellement pas : tout le contraire de ce quil a finalement fait.Quant à la musique du film, elle na pas grand chose de commun avec ma musique; elle a été tripatouillée par les spécialistes du Service de la Recherche qui lont amplement complétée et transfigurée à leur mode si bien. quelle n’est plus la mienne mais la leur

Vence, 1er juillet65, 1 feuillet in-B. S’excuse pour un déjeuner manqué à cause d’un ramponeau dans les côtes ; raconte son refus d’une nouvelle prise de vue pour le film de Patris… On ne me verra pas souffler dans ma trompette au petit écran et j’en suis grandement soulagé.

Le Touquet, dimanche 19 sept. 65. En réponse à une très aimable lettre… J’ ai des objections à y faire… vous déplorez quelle renferme dans son libellé des termes plusieurs fois répétés, à quoi je me permettrai de vous répondre que l’usage des répétitions est une clef du grand style…Les réunions (remarquablement masculines) du Collège de Pataphysique ont quelque chose de vain, de vacueux, mais tout l’édifice entier de la Pataphysique apparaît quelquefois fondé sur la vacuité. La Vacuité… Jean Dubuffet SATRAPUS.
C’est l’époque où Dubuffet se détache de la Pataphysique. Le 28 octobre 1965, il rompt avec le Collège.

Paris, 28 octobre 65… Il y a longtemps que je me sens mal à l’aise à faire partie de ce Collège qui décidément ne fait pas du tout mon affaire. J’espère que vous ne men voudrez pas, que vous comprendrez mes raisons (qui sont tellement claires quelles n’ ont pas besoin dêtre explicitées). Jespère même que vous m’approuverez.

Vence, 26 avril 67. S’alarme de la santé de Lili, sa femme. À propos de l’Art Brut aux Arts Décoratifs… L’expositiona soulevé dans les milieux culturels, comme il fallait sy attendre, un petit succès destime; mais je ne crois pas que soient nombreux les gens qui, comme vous et moi, abordent les ouvrages présentés avec le même regard que sils portaient les prestigieuses signatures des artistes primés parla Biennale et homologués par la grande Bourse des marchands de tableaux et collectionneurs texans et chicagoins...

Paris, 27 juillet69. Jai reçu le livre de poèmes, l’élément l’eau (Fendre les flots )…Cest singulier comme un petit livre, finalement peu chargé de caractères, peut fournir lecture un temps plus long qu’un gros volume tout noirci. Non pourtant que les poèmes aient poids très lourd : ils sont graciles et légers, ils volent comme plume…

Paris, 3 janvier 1970… Frédéric Baal sactive avec ardeur à ses recherches de textes d’art brut. Quoique les écrits vraiment bien caractérisés et vraiment inventifs soient rares il y a déjà une petite récolte. De quoi faire un fascicule, peut-être deux…

Jacques Berne se désespère parce que vous ne lui envoyez rien pour son cahier de lHerne. Je serais chagriné que vous ny figuriez pas. Vous pourriez aussi bien prendre n’importe quel thème, par exemple ce que vous pensez de l’art brut, oubien ce que vous pensez de l’écriture, brut ou pas brut ou plus oumoins brut…

Paris, 17 mars 70. À la réception du texte de Queneau pour le numéro de l’Herne (qui paraîtra en 1973) Une belle surprise dans ma boite à lettres. J’ai lu sur le champ la savoureuse et autoritaire expertise. Très fine et très savoureuse. Je suis extrêmement content quil y aura (désubjonctivons) dans notre cahier de lHerne cette très dense pièce…Mémeut beaucoup la trace manifeste de la lecture très attentive de mes textes et la pleine sympathie que vous leur avez si généreusement octroyée…

Paris, 7 mai 70. À propos de l’exposition du Cabinet Logologique au C.N.A.C. à Paris… Il y a besoin de confidence et de pénombre dans les rapports de connivence quun entretien avec ses ouvrages; et cette connivence, j’ai éprouvé cela toujours à chaque fois,se trouve rompue ou dommageablement bousculée dès que les choses se trouvent indiscrètement portées sous les regards du public; il ne faudrait pas le faire; il faudrait se l’interdire…

Paris, 27 mai 1972. Morose on essaye de ne pas lêtre, on essaye de se persuader quon ne lest pas, mais bien sûr on lest. .. La morosité est due, évidemment, à une mauvaise adaptation de la pensée aux conditions de lêtre. La pensée fonctionne vicieusement, cest une chose bien certaine.

Mon atelier est maintenant encombré de mannequins de vitrines, de bottes, de gants et de chapeaux. Jhabille ces mannequins à laide de papiers armés et peints. Dhabiles tôliers formeursreproduisent ces costumes en tôle d’aluminium, après quoi des costumières moulent sur ces tôles des tarlatanesamidonnées, afin que pour finir des danseurs hideusement masqués sen harnachent de la tête aux pieds et se trémoussent un peu devant de grands décors peints à cette fin. Sur l’instant ce fait disparaître mamorosité…

Vence, 30 juin 72. Carte postale. Contrarié des cérémonies qu’occasionnent la vente de la maison à Vence… Mais la contrepartie est considérable. Elle est d’avoir ici retrouvé dans mes.livres les Enfants du Limon et d’en faire la lecture qui me console de tout…

Paris, vendredi 29 décembre 72. Dubuffet donne de ses nouvelles… je ne peux pas dire quelles soient excellentes, sauf à invoquer le « principe des équivalences » célébré par notre ami Latis, et qui vous est, selon lui, cher. Sur la bonne onde quémet ce principe, je suis heureux de vous apporter de moi des nouvelles excellentes… Le monument de New York a été mis en place…Jai eu beaucoup de contentement des américains, au point que depuis mon retour j’ai entrepris d’apprendre l’anglais. Je veux dire le vrai anglais et non pas lespèce de jargon infantile dans lequel je mexprimais jusqu’alors. J’ai aussi, au retour, fait encore autre chose : j’ai licencié tout le personnel de mes ateliers de Périgny et ceux-ci sont maintenant fermés.

Paris, 31 octobre1973. Dubuffet a vraisemblablement reçu le texte de Queneau Dubuffet le Magnifique, à paraître dans l’Œil… je trouve, dans ma boîte à lettres, ce prodigieux diplôme. Oh ! mon cher Queneau ! Je suis très ému. Moi le conspiré, le réputé mauvais coucheur, bâton merdeux, ennemi public, me voici peint sous ces traits d’éclatant soleil, voici ma merveilleuse finale récompense, mon sacre ! mon brevet de brave ! publiquement, solennellement délivré par vous ! par Godefroy de Bouillon ! par le Roi Arthur ! signé de sa main ! avec cette chaleur ! Je me sens comme le petit canard dAndersen ! Quelle impulsion vous me donnez là ! Je fais brosser mon armure ; jépingle vos couleurs à mon casque ; demain à l’aube, avec ce brevet dans mon sac, je repars en guerre. À vous J.D.

Paris, 7 juillet 75. Je vous soupçonne d’utiliser le bon truc des lieux de mémoire pour vous être souvenu de lenvoi du Diagnostic et de la Géographie…

J’ai aussi relu avec grande attention et grand profit le livre de Mme Yates sur l’art de la mémoire, qui me donne grande envie dentreprendre à mon tour de faire un « théâtre » ; cest bien cela en effet et rien que cela quil faudrait faire… Dès octobre, Dubuffet entreprendra la série des Théâtres de mémoire qui dureront jusqu’en 1979.

Paris, 2 décembre 1975. Quel aliment merveilleux pour toute mon année m’apporte la « Morale élémentaire » avec ses trois registres potage, plat, et dessert c’est au potage que j’en suis pour l’heure. À vos listes chantantes aux trois voix, coupées des petites ritournelles. Je crois n’avoir jamais rien lu de plus excitant, de plus opérant…

Paris, samedi 2 octobre 1976… Je viens dapprendre que vous êtes malade depuis deux mois; je nen savais rien, vivant de plus en plus confiné et reclus. Jen suis bien peiné… à mon offre daller vous voir, [ Madame Simonne ] répond que votre fatigue actuelle vous met hors d‘état de recevoir des visites. Ça me chagrine beaucoup de vous savoir ainsi affligé…Tenez ce petit message pour unilatéral et ne prenez pas, je vous prie, la peine d‘y répondre. Faites-moi seulement sa voir quand vous irez mieux si ma visite vous ferait plaisir et j’accourrai.

Queneau meurt le 25 octobre.
Précieux ensemble qui éclaire sur la personnalité de Jean Dubuffet peintre, écrivain et ami.

Gazogène n°01Gazogène n°01


Banlieue de Banlieue : archives photographiques

Banlieue de Banlieue : archives photographiques inédites (1976 – 1977)

Nanou : Banlieues de banlieue
Nanou : Banlieues de banlieue

Cet hiver là, la photographe « Nanou » parcourt les arrondissements du Sud de Paris et la proche banlieue vers Bourg-La-Reine… à la recherche des architectures singulières et populaires.

15 ans après, qu’est devenu ce mausolée en plâtre à la gloire de Chopin ? Cette botte de sept lieues a-t-elle pris son envol sans attendre la pioche du démolisseur ?

Photos de Nanou
Buste et botte

Cerné par les H.L.M., ce pavillon recouvert de mosaïque a-t-il échappé aux pelleteuses des promoteurs grâce aux tours étranges qui l’entourent pour en protéger l’accès plus efficacement que le grillage de la clôture ?

Photos de Nanou

Comme cette autre villa dont le jardin se hérissait d’une dizaine de maisons à oiseaux et de petits moulins montés sur d’immenses perches qui semblaient y avoir la même fonction symbolique ?

Photos de Nanou

La photographe « Nanou » n’est plus à Paris pour nous le dire. Il ne nous reste que de vieilles pellicules très rarement développées et qui laissent apparaitre parfois des lieux et des visages qui auraient dû demeurer à jamais oubliés…

J’espère que ces clichés donneront à d’autres le désir de partir, sur ces chemins de banlieue comme autant de chemins de traverses, pour l’aventure singulière.

Anne Fablet dite « Nanou » : après s’être intéressée aux singuliers (outre l’art des banlieues on lui doit des reportages sur Froment ainsi qu’un mémoire sur Joseph Sima et « Le Grand Jeu »… ), vit aujourd’hui retirée dans les Charentes.

Jean-François Maurice
Gazogène n°01


Gazogène n°01, présentation

Gazogène, premier numéro

Gazogène : introduction et sommaire, par Jean-François Maurice, juillet 1991
Gazogène : introduction et sommaire, par Jean-François Maurice, juillet 1991

En guise de sommaire :

Féérie pour une autre joie

Dubuffet dans un texte cherchant à définir l’Art Brut en vient à s’exclamer – ou à peu près : « … et tout le monde voit bien de quoi je veux parler ! ». De même, Michel Trevoz m’écrivit une fois – ou peu s’en faut- qu’il fuyait les « Congrès » et autres « Colloques » où l’on discute pour savoir si le vert est vert et ainsi de suite. J’avoue avoir fait mienne cette position et l’avoir dit – bien mal sans doute – dans de précédentes brochures. Et me voici, ici, récidiver. Si j’ai consacré quelque temps aux personnes qui vont suivre – loin des Fouquiers-Tinville de l’art singulier et de la création populaire – c’est que je crois qu’à des titres divers, ils le méritent ! Tout simplement ! Y compris les anonymes, cela va de soi !

Et maintenant, place aux

incivilisés,
aux incivilisables,
à l’incivisme :

P.S. : Certains se sont étonnés – et s’étonnent encore, et auront l’occasion de continuer à le faire – de me voir poursuivre ces activités parallèlement à d’autres comme celles déployées pour la revue de La Création Franche. Simplement je crois que toujours l’existence – et que dire alors de la création ! – échappe aux catégories faites pour la cennen. Si vous ne comprenez pas, relisez le texte ci-dessus.

Jean-François Maurice, juillet 1991
Gazogène
n°01


Numéro 28

il en reste


numéro un

blablabla