Revue de l'art brut, des créations singulières, de l'art populaire et des expressions marginales ou bizarres. Art outsider, hors-normes, singulier…

Articles tagués “Lot

Émile Ratier

Copeaux de mots pour le sabotier Émile Ratier

J’AI HABITÉ TROP TARD le Lot, pour connaître Émile Ratier. Pourtant cela aurait été possible tant sa vie a été longue. Les photographies qui illustrent ces pages proviennent des archives de Pierre Bernard dit « Froment » le peintre, poète autodidacte de Mauroux. Elles furent prises en 1966. Il faut dire qu’entre les deux hommes, le courant passa immédiatement tant ils étaient proches pour de multiples raisons.
Plutôt que de délayer les textes ou les documents connus des amateurs, à défaut de pouvoir publier les témoignages recueillis sur place, proposons une autre approche.

ÉMILE RATIER semble illustrer l’hypothèse que nous formulions dans le numéro 17 de Gazogène, à savoir la proximité d’un « Haut Lieu » dans l’émergence d’une création singulière. Il vivait, en effet, à quelques kilomètres du château de Bonaguil dont André Breton disait : « Je reste sous le charme de Bonaguil – lieu exceptionnel – et me pénètre encore mieux de ce qu’il peut avoir d’unique. Il est poignant d’assister à ce dernier sursaut des forces telluriques contre les créations de « lumière » à la Chambord. Là étaient les seuls assaillants invisibles en mesure de déjouer murs et meurtrières. Cette lumière dut-elle à la fin du XVe siècle l’emporter, pour ma part je n’ai jamais cessé de la tenir pour fallacieuse ».

Émile Ratier et Émilienne, photo : Froment, 21 août 1966

On pourrait penser qu’Émile Ratier a été sensible à cette présence. Pourtant tous s’accordent qu’il n’en a rien été : seule, la vision de la Tour Eiffel à l’occasion d’une permission durant la Grande Guerre trouvera ultérieurement une signification.
Sans doute les bricolages auxquels il se livrait comptaient plus que cette masse imposante d’un château à l’abandon : n’allait-il pas chercher de l’eau à la fontaine sous le château à l’aide d’une carriole bricolée tirée par un chien – à moins que ce ne soit sur une mythique bicyclette en bois ?
Pour comprendre Émile Ratier, il faut le replacer dans son contexte social et historique, ne pas oublier cette « Grande Guerre », cette grande boucherie destructrice d’un monde rural.

AU RETOUR DE LA GUERRE, après son mariage avec Émilienne, il faut « faire des sous ». Émile Ratier sera à la fois agriculteur et « marchand de bois coupé en morceaux ». Mais une activité complémentaire va jouer un rôle très important dans son existence et son destin : Émile Ratier sera « éscloupié », fabricant de sabots. Le voir dans le film d’Alain Bourbonnais enjamber le banc de sabotier et refaire les gestes traditionnels nous fait oublier sa cécité. Alors, à notre tour, fermons les yeux. Imaginons-le après une coupe, ayant choisi une rare bille de noyer, préparant soigneusement le morceau le meilleur – car la semelle du futur sabot doit être du côté du cœur. Avec la hache, il refend le bois. Je vois, quant à moi, sa frêle silhouette commençant l’ébauche en s’appuyant sur le billot : il prend la pièce de sa main gauche et la fait pivoter pour dégrossir à la hachette de tous côtés.
Vient ensuite le travail du paroir, « Le vrai travail du sabotier »  ! (Ce qu’Émile Ratier appelle le « grand couteau » car le paroir se dit effectivement en occitan lou coutel). Comme il manie avec dextérité cette lame qu’on actionne comme un levier en passant l’extrémité dans une boucle fixée dans le billot. La forme est faite. Maintenant il faut creuser en s’installant sur le banc. On commence à la tarière.
Suivez bien le mouvement des mains d’Émile Ratier : il enfonce la tarière en plaçant son pouce gauche en travers, sur le bec du sabot ; il appuie la pointe de la tarière contre son pouce ; il place alors l’autre pouce sur la tige de l’outil, à la hauteur du talon. Il sait ainsi jusqu’où il pourra enfoncer l’outil…
Il prend ensuite la cuillère pour arrondir l’intérieur du sabot, et il n’a qu’une cuillère ! C’est dire que c’est au toucher qu’il va petit à petit « donner au pied sa place »…

MAIS L’ART d’Émile Ratier ne s’arrête pas là : comme tous les autres sabotiers, du fait de leur La connaissance intime du bois, il réalisera pour les voisins – en plus des réparations des pièces de bois des nombreux instruments aratoires anciens – les coffins pour la pierre à faux et plus généralement tous les objets qui nécessitent d’être creusés. N’ayons garde d’oublier les quilles et les boules de ce jeu très populaire alors !

CES ACTIVITÉS joueront un rôle essentiel lorsque, la cécité venue, il lui faudra sortir de la dépression. Émile Ratier s’aidant de cette connaissance de l’économie domestique rurale, n’utilisant que quelques outils rudimentaires, a alors reconstitué et façonné un univers à la fois laborieux et ludique où il a pu retrouver sa place.
Il est loin le temps où les claquements des sabots retentissaient sur les chemins. Mais Émile Ratier va nous réapprendre à entendre : il reconstitue la richesse et la profusion des sons de la vie quotidienne paysanne. Faire revivre ces bruits, c’est faire renaître la vie. C’est pour quoi ses « machines » cliquettent à qui mieux mieux, grincent follement, couinent bizarrement.

 

LES « JOUETS » d’Émile Ratier nous apparaissent d’autant plus nostalgiques, étranges et beaux qu’ils renvoient à un monde disparu. Je l’ai connu déjà finissant. Mais comment le transmettre ?
Tournons les manivelles, actionnons les rustiques biellettes. Une nouvelle fois, fermons les yeux. Laissons-nous emporter dans l’espace intérieur de la rêverie… Pour combien d’entre-nous les sons entendus alors évoquent-ils vraiment quelque chose ? Pourtant nous croyons tous avoir vécu de telles sensations : bruits de chariots, charrettes et autres charrois, sans parler du gazogène, des locomotives à vapeur et autres batteuses, barattes et trieuses… c’est à ce signe que se manifeste la magie d’une création authentique.
Émile Ratier a su, avec son savoir-faire, recréer le monde enchanté de l’enfance du monde qui sommeille en chacun de nous.
Alors, que la fête commence et recommence pour le vieux combattant qui, au soir de sa vie, criait encore contre les « corps constitués » que sa médaille militaire, lui, il ne l’avait pas achetée et que, s’il était encore là, c’est « qu’il y avait un bon Dieu pour les bougres » !

Jean-François Maurice
Gazogène n°18

Publicités

Michel Rouby

Michel Rouby, dans les veines du réel

Michel Rouby : dessin encre blanche sur papier noirLa maison de Michel Rouby, même si elle se trouve à Cahors, semble en pleine campagne ; mieux, déjà ailleurs. Là, à l’étage, il a installé son atelier, ne travaillant plus professionnellement parlant qu’à mi-temps pour se consacrer à ce qui en vaut vraiment la peine, la création.

Michel peut avoir de qui tenir, car il est le frère de ce Jacques Rouby auquel Gilbert Pons avait consacré une belle étude dans notre numéro 20 de Gazogène.
Si les deux frères se ressemblent étrangement – même taille, même stature d’anachorète, même visage émacié – et si leurs œuvres peuvent matériellement se rejoindre, dans la mesure où Michel réutilise parfois les matériaux que Jacques a cent fois remis sur le métier, le résultat n’en est pas moins totalement différent.Michel Rouby : dessin
Il y a du reste là quelque chose à creuser dans cette diversité créatrice au sein d’une même fratrie et je ne peux m’empêcher de penser aux frères Duchamp – Marcel, Jacques Villon et Duchamp-Villon – qui étaient seulement un de plus !

Mais tournons nous maintenant vers les œuvres.

Et là, avec elles, nous sommes littéralement aspirés, happés comme par un maelström minéral. Nous rentrons pleinement à l’intérieur de la matière, mais une matière vivante. Nous voilà cheminant dans les veines de la terre, comme au cœur d’un vaste corps. Nous devenons les explorateurs des profondeurs du réel.

Cette vertigineuse mise en abyme va si loin que Michel Rouby avait imaginé mettre à disposition des amateurs, attachées à chaque tableau, de petites loupes. Non que les œuvres de Michel Rouby soient de petits formats, bien au contraire, mais parce que sans cesse elles sollicitent le regard à aller plus loin, à s’enfoncer plus avant, à se laisser emporter par je ne sais quel courant souterrain. Mais qu’on ne croit pas cependant avoir à faire à une peinture évanescente. Ce travail est parfaitement structuré, traversé par des lignes de force efficaces aussi bien dans l’infiniment petit que dans la vision globale du tableau.

Si nous devenons les mineurs de fond de cette création singulière, nous y sommes d’autant plus aidés que Michel Rouby juxtapose des entrelacs quasi médiumniques dessinés à la plume et de grands aplats où il se révèle un coloriste aussi inspiré qu’inventif.
Et je veux prendre ce mot de mineur au sens de sapeur de nos misérables certitudes qui pervertit le sous-sol du réel, qui creuse des chausse-trappes à l’évidence sensible, qui place des pièges au conformisme de la représentation, qui détourne l’ordre apparent des choses. Oui, pour moi, les tableaux de Michel Rouby sont ceux d’un mineur de fond qui travaille en silence, qui retient son souffle, qui évite la dangereuse lumière génératrice de grisou. La référence à Augustin Lesage paraît alors évidente. Michel Rouby est un travailleur de la nuit, un bijoutier du clair de lune qui s’en va dérober à la matière ses richesses et ses secrets les mieux cachés.

Michel Rouby : dessin
Michel Rouby : dessin, encre blanche sur papier noir

Mais c’est aussi un travail de Frère Mineur, de moine, d’ascète dans son scriptorium, œuvrant hors du temps pour transmettre à d’autres un essentiel autant qu’hypothétique message.
Comme tous ceux qui se coltinent l’essence du réel, Michel Rouby retrouve ce que Bachelard avait si bien nommé dans L’eau et les rêves : « une morale de la matière ». Ici, c’est plutôt sous le registre des rêveries de repos et de la volonté que nous nous trouvons mais c’est toujours la poésie qui est gagnante.

Jean-François Maurice
Gazogène n°23


Le monde enchanté de Gaston Mouly

Le monde enchanté de Gaston Mouly

par Jean-François Maurice

Dessin de Gaston Mouly
Dessin de Gaston Mouly

Gaston Mouly est lotois et j’ai la chance d’habiter le Quercy. Encore fallait-il le rencontrer ! Cette chance m’a été donnée avant même qu’il ne soit un nom dans l’Art Brut à la suite d’un concours de circonstances assez étrange qui m’avait mis en contact avec le photographe Philippe Soubils. Ce dernier « suivait » en effet depuis longtemps un sculpteur marginal malheureusement trop méconnu Zaccariou. Ce dernier avait obtenu une commande pour réaliser une sculpture monumentale au Lycée de Gourdon. Hélas, entre le projet et la réalisation il y avait loin ! Heureusement, un entrepreneur en maçonnerie qui venait de prendre sa retraite offrit généreusement son service. Cet homme, au cœur sur la main, c’était Gaston Mouly. Déjà il créait des œuvres originale en ciment armé. Ses Galettes représentaient des personnages qui seront repris ultérieurement dans ses dessins. Ces formes ressemblaient à des pains croustillants : pains frottés au lard, à l’ail et poivrés qu’on appelle « fougasses ». Avec le recul, ces œuvres peuvent s’apparenter étrangement avec celles, de même nature, de cet autre classique de l’Art Brut qu’est Sallingardes, de Cordes. Toutefois aucune relation ne peut être établie entre eux ! Magie de la création ? Identité de matériaux, identité de formes ? Imaginaire régionaliste et folkloriste commun ? Mystère.

En ce temps là, Gaston Mouly créait sous sa maison un monde à lui. Le ruisseau coulait et les statues en béton armé s’érigeaient. Merveilles de spontanéité et de fraîcheur, de naïveté et d’innocence. Cependant Gaston Mouly, en maçon responsable, dessinait ses projets et préparait soigneusement ses armatures métalliques. Il me l’a dit lui-même : c’était techniquement irréprochable.

Gaston Mouly
Dessin de Gaston Mouly

Or, à la suite d’un premier contact avec Gérard Sendrey à Bègles, Gaston Mouly va reprendre et développer ses dessins aux crayons de couleurs. Et la magie va opérer ! Les dessins vont non seulement prolonger l’œuvre « sculptée » mais encore l’accentuer.
Les dessins de Gaston Mouly sont d’une fraîcheur époustouflante ! Ce n’est pas seulement l’enfance qui revient mais une multitude d’impressions de souvenirs, de scènes vécues directement ou par ouïe-dire… Toute une mémoire rurale, régionaliste et pourtant universelle ! Que de fugaces souvenirs sont ici transposés et conjugués de mille manières. Contrairement à ce qui a pu s’écrire ici ou là, Gaston Mouly ne triche jamais même si chaque dessin peut être une interprétation d’une même scène, d’un même souvenir, d’un même événement. Qu’importe car l’imagination de Gaston Mouly en plongeant ses racines dans ses souvenirs d’enfance rejoint l’imaginaire collectif. Quelque soient les saynètes, il y a une immense joie, un grand bonheur de vivre dans chaque œuvre de Gaston Mouly, et ce plaisir, il sait comme personne nous le communiquer.

Jean-François Maurice
Gazogène n°16


Marie Espalieu : Le regard sensible des formes brutes

Marie Espalieu : Le regard sensible des formes brutes

Ce n’est pas rien, pour un anonyme de l’art, que de voir son œuvre naître sous le regard de Robert Doisneau : naître et reconnaître en quelque sorte ! Or, « L’objectif » de Robert Doisneau avait été si humain que, quarante ans plus tard, il n’avait pas altéré la naïve spontanéité de Marie Espalieu.

Marie Espalieu
Marie Espalieu

Au Nord du département du Lot, au dessus de Saint-Laurent-les-Tours nous sommes plus proche de l’atmosphère des « Bois-Noirs » de Robert Margerit que du chant des cigales du Quercy Blanc ! Après une route étroite entre les châtaigniers, à l’orée du village, se situe la ferme traditionnelle couverte d’ardoise où vit Marie Espalieu avec sa fille et l’un de ses fils. Tout pourrait être conforme à la dureté de la vie si, autour du puits-citerne, le visiteur surpris ne remarquait quelques animaux étrangement expressifs malgré les bois rudimentaires et les peintures grossières qui les composent.

Après avoir emprunté l’escalier de ciment et repéré les traces de peintures qui subsistent sur la façade on entre dans la grande pièce cuisine et lieu à manger. La vieille cheminée est toujours là, elle abrite seulement maintenant la cuisinière.

Marie Espalieu, malgré ses difficultés pour se déplacer, est venue à ma rencontre. Pour me saluer elle est debout, arc-boutée, les mains noueuses en appui sur la grande table centrale recouverte de toile cirée. Tout me semble familier : le décor, les odeurs, les personnes… Je suis toujours ce petit garçon dans la ferme de mon grand-Oncle Maurice, cet enfant qui écarte les poules tandis qu’il porte la soupe à la Tante Anna dans sa cahute voisine, ce gamin qui porte les bidons de lait dans la vacherie…
Ce monde des petits, des humbles, des humiliés, ce monde de la ferme, de la terre, des gagne-petits, ce monde qui survit, qui souffre et lutte en silence, j’en suis. Je le revendique pour mien. Et pourtant : « C’est le Monsieur de Cahors qui vient ! » ; telle est la phrase rituelle qui accompagne mon entrée en ces lieux. Ainsi j’ai trahi, mes origines, mon milieu, ma « classe ». À quel moment ai-je basculé ? Ai-je insensiblement glissé ? Qui peut me le dire ? Quand le p’tit gas est-il devenu un Monsieur ? Formuler ainsi la question c’est déjà avouer sa défaite.

Il ne me resterait que ce lien tenu de la création Brute, cet art qui défie les normes, qui échappe au langage. Alors regardons les sculptures de Marie Espalieu, longues formes humaines découpées dans des croûtes de pin, hâtivement colorées, affublées de membres filiformes grossièrement cloués. Les regards en sont insondables comme les yeux clos des personnages d’Aloïse ou ceux des statues mutilées de l’Île de Pâques. Et puis voici toute la faune des animaux domestique s et sauvages, vaste sarabande qui transforme la ferme de Marie Espalieu en une Arche de Noé merveilleuse. J’espère que de tels îlots survivront longtemps pour donner du sens à ce monde qui nous en prive.

Jean-François Maurice
Gazogène
n°16


L’œuvre au noir de l’abbé Bachié

L’ŒUVRE AU NOIR DE L’ABBÉ BACHIÉ

(1913-1991)

par Jean-François Maurice

Sculpture (bois ramassé) de l'abbé Bachié

Sculpture (bois ramassé) de l’abbé Bachié

C’est avec mon ami André Roumieux que j’ai découvert à Gramat les sculptures de l’Abbé Bachié. Plus tard, grâce à l’Abbé Rosière, j’ai pu reconstituer la vie de ce créateur si singulier. Aujourd’hui, la plupart des pièces sont à la « Fabuloserie ». L’Abbé Bachié était un homme affable et souriant; ceux qui l’ont connu m’ont tous parlé en ces termes. Mais cette faconde cachait un grand courage : durant la dernière guerre, ordonné prêtre en 1939, il a parcouru tout le causse de Limogne à bicyclette, la nuit, « au service de la J.A.C. » a-t-il dit plus tard !

Son activité créatrice a été longtemps secrète. Il ramassait au cours de ses promenades des bouts de bois, des racines… Puis, la nuit, les retouchait légèrement, parfois les colorait discrètement… Et la magie jouait : sous nos yeux éblouis surgissaient des formes merveilleuses : le loup amadoué par Saint François d’assise mais aussi quelque monstre maléfique…

Cette œuvre Brute est en effet placée sous le signe de la dualité, du Bien et du Mal, du Jour et de la Nuit, du Naturel et du Monstrueux…

Dans les quelques lignes écrites par l’Abbé Bachié et publiées (n°4 & n°11/12 de Gazogène) on ne peut qu’être frappé par la modestie, l’ambiguïté voire la douleur contenue des propos…

« … que ma sépulture soit gaie… » a-t-il dit ! Je ne l’ai pas connu et j’en ai regret alors je le cite :

« Qu’êtes-vous venus voir ? Des branches, des racines, des vieilles et des tordues, des fétus que les hommes repoussent du pied ou ramassent avec des fourches, pour le feu ou pour des tas qui pourriront.

Et pourtant : ces branches dont personne ne veut, ces lierres tors, ces genièvres torturés, ces racines squelettiques, lourdes, la nature les a aimés et, à sa manière drôle et fantaisiste, leur a ciselé une forme, presque donné un langage… »

Bois : sculptures

Jean-François Maurice
Gazogène
n°16


Froment : inédits

Textes inédits de  Froment

Voici maintenant quelques textes inédits de notre ami Froment. Peintre-paysan ? Écrivain-prolétarien ? Une chose est sûre : C’est un authentique autodidacte. 


Je suis né dans une famille prolétarienne à la limite du Département du Lot-Lot et Garonne.
Il n’y a qu’un pas à franchir pour prendre pied à la hauteur du Moulin à eau de Garigues !

C’est un peu plus tard, vers mes dix années que j’ai découvert le Lot avec les paysans et les paysannes.J’ai fréquenté alors le Département !
La vie paysanne m’a séduit.
Malgré mes longs voyages après les guerres en Catalogne, en Navarre, au Pays Basque…

Un jour de Novembre, j’ai trouvé une famille de paysans lotois ! L’assiette, le verre et la paille fraîche des moissons pour dormir. J’ai vécu plus d’une décennie près de ces braves gens !
Ils m’ont apporté beaucoup sur la vie, la nature, avec les paysages des saisons et le labeur de la paysannerie !

La terre, les routes blanches autrefois, les chemins, les sentes m’ont conduit vers les rencontres et une extrême richesse du ciel et de la terre.
Sans aucun doute, Jean Giono, avec Regain, avec Colline, avec Le Serpent d’Étoiles, avec Que Ma Joie demeure, avec Le Grand Troupeau, n’aurait point renié mon existence en Quercy ! J’ai marché de jour et de nuit sur les anciennes drailles des troupeaux ; j’ai marché des heures sur les pas de la vieille Marie du Pays !

Souvent j’ai écouté, et j’écoute, le vent du Sud… une vieille mélodie d’un pâtre, ici-par-là, une confidence, une prière au bon-Dieu.
Ce sont les âmes vivantes ou mortes ? Elles ont vécu ici ! Ils et elles ont laissé une sainte odeur de traditions de fêtes des fiançailles, des épousailles; mais aussi de regret… ils et elles ont aimé et pleuré d’une simple joie.

Froment : suite


Froment
Gazogène n°05


L’œuvre au noir de l’abbé Bachié

L’œuvre au noir de l’abbé Bachié

C’ÉTAIT, D’APRÈS LES TÉMOIGNAGES QUE J’AI PU RECUEILLIR, UN PERSONNAGE DE PETITE TAILLE, AU VISAGE ROND, PLUTÔT SOURIANT CAR D’UN NATUREL ENJOUÉ, JOVIAL…

ON PEUT PENSER QUE – DANS LE MEILLEUR DES CAS – LA LECTURE DU BRÉVIAIRE N’EMPÊCHAIT PAS LE BON CURÉ DE JETER AUTOUR DE LUI DES REGARDS PERSPICACES CAR PENDANT PRÈS DE TRENTE ANS, IL A RAMASSÉ AU COURS DE SES PROMENADES DES CENTAINES ET DES CENTAINES DE RACINES, SARMENTS, BRANCHAGES ET MORCEAUX DE BOIS DE TOUTES DIMENSIONS…

PUIS, L’ABBÉ BACHIÉ RETOUCHAIT CES BOIS TROUVÉS DE LA FAÇON LA PLUS MINIME POSSIBLE, DONNANT PARFOIS QUELQUES COUPS DE PEINTURE SOUVENT NOIRE… PENDANT PRÈS DE TRENTE ANS, IL A AINSI SCULPTÉ ET REHAUSSÉ CES PETITES STATUETTES AINSI COMPOSÉES. IL LES A ACCUMULÉES DANS UNE PIÈCE DE SON PRESBYTÈRE SANS QUE PERSONNE NE SOIT AU COURANT, NI À PLUS FORTE RAISON. N’Y PÉNÈTRE ! C’EST SEULEMENT AU MOMENT DE PRENDRE SA RETRAITE, LORS DU DÉMÉNAGEMENT QUE L’ON DÉCOUVRIT CETTE ACTIVITÉ.

ON EN TIRA DE PLEINS CARTONS.

UNE PETITE EXPOSITION FUT ORGANISÉE. CE FUT UNE GRANDE JOIE POUR L’ABBÉ BACHIER QUI, LE JOUR DU VERNISSAGE, ALLAIT DE GROUPE EN GROUPE, EXPLIQUANT OÙ IL AVAIT TROUVÉ CHAQUE MORCEAU DE BOIS, FORÊT DE LA GRÉSINE, BRAHAUNIE… EN QUELLES CIRCONSTANCES, RETRAÇANT LA GÉNÉALOGIE DE SES CRÉATIONS… JOIE INTENSE SANS DOUTE, JOIE ULTIME : MOINS D’UN AN PLUS TARD, EN 1991, IL DÉCÉDAIT.

IL PRÉSENTAIT LUI-MÊME AINSI, SUR UNE MODESTE FEUILLE VOLANTE, SON TRAVAIL :
« QU’ÊTES-VOUS VENUS VOIR ?
DES BRANCHES, DES RACINES, DES VIEILLES ET DES TORDUES, DES FÉTUS QUE LES HOMMES REPOUSSENT DU PIED OU RAMASSENT AVEC DES FOURCHES, POUR LE FEU OU POUR DES TAS QUI POURRIRONT.
ET POURTANT : CES BRANCHES DONT PERSONNE NE VEUT, CES LIERRES TORS, CES GENIÈVRES TORTURÉS,CES RACINES SQUELETTIQUES, LOURDES, LA NATURE LES A AIMÉS ET, À SA MANIÈRE DRÔLE ET FANTAISISTE, LEUR A CISELÉ UNE FORME, PRESQUE DONNÉ UN LANGAGE.
SEULEMENT : LA NATURE EST SIMPLE ET PERSONNELLE, ELLE A SON ART ET SON IMAGINATION, ELLE NE CONNAIT PAS LES MODÈLES STANDARD.
ET SON CŒUR…C’EST LE CISEAU DU TEMPS QUI FAÇONNE,
ET SA PARURE… C’EST LA PALETTE DU SOLEIL QUI LA FIGNOLE,
ET SON SECRET… C’EST LE CŒUR DE L’HOMME QUI LE CHERCHE.
LA FANTAISIE GÉNIALE DE LA NATURE, LA FOLLE DU LOGIS DES HOMMES,
QUAND ELLES SE RENCONTRENT ET S’ENTRAIDENT FONT DE CES BRANCHES MORTES DES RAMURES VIVANTES, DANS UNE CRÉATION SANS LIMITE.

À TRAVERS LE CŒUR DE CES BRINDILLES JONGLE L’IMAGINATION INFINIE DE L’ARCHITECTE ÉTERNEL QUI A FAÇONNÉ LE CŒUR DES HOMMES.

G. B. PRÊTRE »

VOYONS DONC D’UN PEU PLUS PRÈS CETTE CRÉATION.

EN PREMIER LIEU, SON BESTIAIRE : VOICI LE LÉVRIER TIMIDE ET SOUMIS COMME EN ATTENTE DU COUP POUR LE BATTRE, LE BASSET PLAINTIF IMPLORANT LA CARESSE QU’IL NE RECEVRA JAMAIS, LE CHIEN CRAINTIF ou LE CANICHE À DEMI TONDU ET… À TÊTE HUMAINE ! VOILÀ LE LOUP À LA FANTASTIQUE EXPRESSIVITÉ, TORTURÉ, HURLANT,PITOYABLE, BROYÉ PAR UNE MAIN INVISIBLE, LOUP QUI NOUS FAIT PENSER IMMANQUABLEMENT À CELUI DE GIACOMETTI.

MAIS CE BESTIAIRE SEMBLE ILLIMITÉ : OISEAUX RÉELS OU MERVEILLEUX ; OURS, CHÈVRES, ESCARGOTS, SERPENTS… TOUTES CES REPRÉSENTATIONS, MÊME LES PLUS CONFORMISTES, DÉGAGENT UNE AURA PLUS OU MOINS MYSTÉRIEUSE… QUI VA SE RÉVÉLER ENCORE PLUS CLAIREMENT DANS LES FIGURINES ANTHROPOMORPHES.

REGARDONS PAR EXEMPLE ATTENTIVEMENT LA SCULPTURE INTITULÉE « JE PENSE… » -ET QUEL RAPPORT ENTRE CE TITRE ET L’ŒUVRE ? ELLE REPRÉSENTE UN ÊTRE HYBRIDE À CHAPEAU, BARBE NOIRE, TENANT SA MAIN GAUCHE SUR UN TRONC QUI RESSEMBLE ÉTRANGEMENT À UN BILLOT. CE PERSONNAGE EXHIBE UNE POITRINE BIEN FÉMININE ; IL EST MONTÉ SUR DEUX LONGUES JAMBES D’ÉCHALAS TERMINÉES PAR DES SABOTS DE BOUC OU BIEN DE CHÈVRE…

AINSI CETTE FIGURE À PREMIÈRE VUE ANODINE DEVIENT PEU À PEU FAUNE, OU SILÈNE ISSU DE QUELQUE SOCRATIQUE BANQUET, HERMAPHRODITE ÉCHAPPÉ D’UNE ANTIQUE FRESQUE GROTESQUE IMITÉE DE PÉTRONE…

ON RETROUVE LE MÊME PROCÉDÉ – APPARENCE ANODINE, RÉALITÉ INQUIÉTANTE – AVEC LA PETITE SCULPTURE INTITULÉE « LA PAUSE » : UN PERSONNAGE MASCULIN, FILIFORME, EST À DEMI ASSIS, UNE BOUTEILLE PRÈS DE LUI… MAIS IL CONTINUE À MAINTENIR EN ÉQUILIBRE SUR SA TÊTE UN RÉCIPIENT AU POINT QUE L’ON SE DEMANDE SI UNE VÉRITABLE « PAUSE » EST BIEN POSSIBLE ET S’Il NE S’AGIT PAS D’UN SUPPLICE DE TANTALE D’UN NOUVEAU GENRE.

VOYEZ CE « SUSPENS », PERSONNAGE SUSPENDU À L’EXPRESSIONNISTE ET EFFRAYANT VISAGE. QUELLE TORTURE NE SUBIT-IL PAS, À QUELLE FOURCHE PATIBULAIRE N’EST-IL PAS ATTACHÉ, VERS QUEL GOUFFRE NE SE VOIT-IL PAS TOMBER DE FAÇON IMMINENTE, EST-CE LE BON OU LE MAUVAIS LARRON ?

CE THÉÂTRE DE LA VIOLENCE, DE LA CRUAUTÉ ET DE LA MORT TROUVE UNE SORTE D’ACCOMPLISSEMENT AVEC LE GROUPE DE « LA DÉCOLLATION » : LE BOURREAU DOMINANT DE TOUTE SA LONGILIGNE : HAUTEUR SA VICTIME EFFONDRÉE ET TORDUE À SES PIEDS. UN POIGNARD TRAÎNE SUR LE SOL… AJOUTONS QUE PAR UN HABILE MONTAGE, LA TÊTE DU VAINCU POUVAIT SE DÉTACHER À LA GUISE DU SPECTATEUR… QUELLE OBSCURE ET INAVOUABLE DUALITÉ HANTAIT DONC LES COURTES NUITS DE L’ABBÉ BACHIÉ ; OU, COMPTE TENU DE L’AMBIVALENCE DES FORMES, QUELLE NOUVELLE JUDITH ?

CAR ON SENT PARFOIS TRÈS NETTEMENT QUE LE BON ABBÉ BACHIÉ A LUTTÉ CONTRE L’ÉMERGENCE DE CE FOND NOIR FAIT, SANS AUCUN DOUTE, D’ANGOISSE, D’HORREUR, DE VIOLENCE ET DE SADISME !

CETTE VISION CRUELLE DU MONDE ET DE LA NATURE, CETTE PRÉSENCE SATANIQUE ET DIABOLIQUE AU CŒUR DES CHOSES, L’ABBÉ BACHIÉ TENTE D’EN PERVERTIR L’EFFET PAR L’INTRODUCTION DE LA DÉRISION ET DE L’HUMOUR. CET ART DE LA PIROUETTE ET DE LA DISTANCIATION IRONIQUE, CETTE VOLONTÉ D’AJOUTER UN DÉTAIL FAUSSEMENT NAÏF NE FAIT EN RÉALITÉ QUE RENFORCER LE MALAISE DU SPECTATEUR ATTENTIF.PRENONS À TITRE D’EXEMPLE CE SERPENT BOA À L’AMUSANTE FIGURE AUQUEL A ÉTÉ ATTRIBUÉ UN PIED À DOIGTS DU GENRE MARTIEN. CE FANTASTIQUE DE BAZAR, TRÈS CONFORMISTE, PRÊTE À SOURIRE… JUSQU’À CE QUE L’ON REMARQUE UNE FORME ARC-BOUTÉE SUR LE SOL : UN CORPS À MAIN HUMAINE ET À PIEDS DE BOUC !
VOYEZ AUSSI CE « BOUTE-FEU », GENTIL LUTIN VITE TRANSFORMÉ EN GNOME INCENDIAIRE ET MENAÇANT.

N’AYONS GARDE D’OUBLIER CETTE ANECDOTE SIGNIFICATIVE QUE L’ON M’A RACONTÉ : LE JOUR DE SA SEULE ET UNIQUE PRÉSENTATION AU PU8LIC, L’ABBÉ BACHIÉ N’AVAIT PAS HÉSITÉ À MONTRER DES SCULPTURES·REPRÉSENTANT DES FEMMES NUES… AU GRAND DAM DE CERTAINES PAROISSIENNES QUI N’EN CROYAIENT PAS LEURS YEUX ! ! !

J’AVOUE QUE JE DONNERAI CHER POUR VOIR LES DITES STATUETTES CAR IL EST FORT PROBABLE QU’ELLES ÉTAIENT PLUS COMPLEXES ET PLUS CHARGÉES DE SYMBOLES QUE DE SIMPLES NUS FÉMININS…

MAIS OÙ SONT ELLES AUJOURD’HUI AINSI QUE LE CONTENU DES CAISSES DU DÉMÉNAGEMENT ? QUE CONTENAIENT ET OÙ SONT LES NOMBREUX CAHIERS RÉDIGÉS PAR L’ABBÉ BACHIÉ DONT L’EXISTENCE EST ATTESTÉE PAR UN TÉMOIGNAGE ORAL IRRÉFUTABLE ? ESPÉRONS QUE CONTRAIREMENT AU MOBILIER ET AUX SCULPTURES D’UN AUTRE ABBÉ, PASSÉ CEPENDANT À LA POSTÉRITÉ, L’ABBÉ FOURRÉ DE ROTHÉNEUF, TOUS CES TÉMOIGNAGES NE DISPARAISSENT PAS !

CAR C’EST UNE ŒUVRE ÉTRANGE : SORTE D’EXORCISME RÉVÉLATEUR D’UNE VIE INTÉRIEURE TOURMENTÉE, HANTÉE PAR LE MAL, MAL INHÉRENT À LA NATURE QUI EXSUDE ELLE-MÊME CES FORMES ANTHROPOMORPHIQUES OU ZOOLOGIQUES.

UN REGARD ACÉRÉ, QUELQUES COUPS DE CANIF, UN SOUPÇON DE PEINTURE DÉLAVÉE ET TOUTE LA MISÈRE DU MONDE, TOUTES SES TURPITUDES, SURGISSENT.

TRENTE ANS SANS RIEN MONTRER. TRENTE ANS SANS QUE QUICONQUE N’AIT VENT DE CE MYSTÉRIEUX ET NOCTURNE TRAVAIL.

ÉTAIT-CE LE PRIX À PAYER POUR ÊTRE AUX YEUX DE TOUS LE BON ABBÉ DE GRAMAT ?

Jean-François Maurice
Gazogène n°04


Jovi Charreau : la boutique aux petits théâtres

La boutique de Jovi

AH !, LES BOUTIQUES, CES VIEILLES BOUTIQUES, QUE NE RECÈLENT-ELLES DE MYSTÈRE ET D’ÉTRANGETÉ !

IL EN EST UNE QUI ME FASCINE DEPUIS DES ANNÉES. ELLE EST SITUÉE DANS UNE PARTIE PEU PASSANTE DE LA VIEILLE VILLE DE CAHORS, DÉJÀ DANS LE QUARTER POPULEUX DES BADERNES. QUE S’Y VEND-IL ? À PROPREMENT PARLER : PLUS RIEN OU, POUR MIEUX DIRE, JE DÉFIE QUICONQUE, À PREMIÈRE VUE, DE ME LE DIRE. DANS LA PARTIE GAUCHE DE LA VITRINE ON DISTINGUE UNE SORTE D’ATELIER AVEC DES MATÉRIAUX DIVERS, DES OUTILS BIEN RANGÉS, DES OUVRAGES DE RÉFÉRENCES… MAIS À QUOI ? À DROITE DE LA PORTE D’ENTRÉE, C’EST VISIBLEMENT LA BOUTIQUE PROPREMENT DITE. ON Y DISTINGUE À L’ARRIÈRE PLAN UN CAPHARNAÜM ET SUR DE PETITS PRÉSENTOIRS, LE LONG DES MURS, DES MAQUETTES : MAISONS DE BOIS, CHALETS MINIATURES, GARES, GARAGES, ÉGLISES…

LA VITRINE, ELLE, ÉCLAIRÉE MÊME LE DIMANCHE PAR UN TUBE AU NÉON VERDÂTRE, PRÉSENTE UNE SÉRIE DE RÉALISATIONS INDÉFINISSABLES, ENTRE LE THÉÂTRE DE MARIONNETTES ET LE JEU EN BOIS DÉCOUPÉ. DANS CETTE BOUTIQUE POUSSIÉREUSE, IMMOBILE AU FOND SUR SA CHAISE, UNE PETITE SILHOUETTE NOIRE. L’ÉTÉ, SUR LE PAS DE SA PORTE, ELLE RENSEIGNE LES TOURISTES ET JOUE LE RÔLE D’ANNEXE OFFICIEUSE DU SYNDICAT D’INITIATIVE.

C’ÉTAIT SON MARI, LE CRÉATEUR DE CES « PETITS THÉÂTRES » DONT ELLE EST MAINTENANT LA GARDIENNE FIDÈLE. SOUS LE SURNOM DE « JOVI CHARREAU », IL A ÉCRIT UN ROMAN : LES AMOURS DE GRAND’MÈRE, PUBLIÉ EN 1986 APRÈS SA MORT.

« JOVI », DEUX SYLLABES QUI RATTACHENT LES PRÉNOMS DE L’AUTEUR ET DE SA FEMME. ILS S’ÉTAIENT CONNUS TARDIVEMENT, AU MOMENT DE LA DÉBÂCLE, SUR LA LOIRE. MILITAIRE, IL PASSA DANS LA RÉSISTANCE. REPLIÉ SUR CAHORS, IL OUVRIT UNE BOUTIQUE DE DÉCORATION POUR CONTINUER SES PÉRILLEUSES MISSIONS. C’EST CET ATELIER QUE NOUS VOYONS ENCORE AUJOURD’HUI PRATIQUEMENT EN L’ÉTAT. OUTRE LA DÉCORATION ET L’AGENCEMENT DES INTÉRIEURS, IL Y RÉALISAIT DES CRÉATIONS PÉDAGOGIQUES AVANT LA LETTRE ET C’EST PRÉCISÉMENT CETTE PARTIE DE SON ACTIVITÉ QUI PEUT RETENIR NOTRE ATTENTION.

La "boutique" et les "petits théâtres" de Jovi Charreau
La boutique et les Petits Théâtres de Jovi Charreau

EN RÉALITÉ, CES THÉÂTRES MINIATURES, CES JEUX, SONT D’UNE TRÈS GRANDE INVENTIVITÉ ET PERMETTENT AUX ENFANTS, EN FAISANT GLISSER UNE FOULTITUDE DE PERSONNAGES DANS DES RAINURES APPROPRIÉES, DE CRÉER UNE MULTITUDE DE SAYNETTES ALLANT DE SCÈNES HISTORIQUES À L’INVASION DES MARTIENS FAÇON H.-G. WELLS…

MAIS QUE VA DONC DEVENIR TOUT CECI ?

Jean-François Maurice
Gazogène n°03


Jean-Marie Massou

L’homme qui creusait des trous

IL EST DES ZONES ÉTRANGES, propices aux maléfices ; celle des grands bois sombres, des fermes isolées, des routes cabossées de la Bouriane en est une. Au milieu de ces bois noirs toujours humides, des relents de pourriture se mêlent à l’odeur des champignons. Les caractères sont rudes, souvent renfermés et taciturnes. Et, brusquement, c’est le « coup de sang », « la grande gueule » qui ne peut plus se fermer, le fusil qui parle tout seul ! Ne croyez pas que j’exagère, la presse locale est là pour le montrer, c’est en ces lieux que surgissent les « faits divers » les plus glauques et où, à ce jour rode encore, toujours impuni, le « voyeur de minuit »…

Or, ces enclaves archaïques voient souvent surgir d’insolites créateurs que Joe Ryczko a si bien décrits dans ses Excentriques du Pays-aux-Bois1. Ce n’est donc pas un hasard si c’est en cette région que Jean-Marie Massou réalise un « site » à nul autre pareil.

Il semblerait qu’une partie de sa famille soit originaire de ces alentours de Cazals où il serait ensuite revenu. Il est en effet né près de Melun où ses parents étaient jardiniers… Il a aujourd’hui, selon ses dires, 45/46 ans et est totalement analphabète. Or depuis 22 ans maintenant, il creuse des galeries, déblaie d’anciennes failles rocheuses, aménage des cavités et des puits naturels qu’il « fortifie » ou recouvre de blocs de roches comme de modernes tumulus. Mieux encore, il érige des pyramides, dresse d’énormes blocs en forme de sphinx, construit d’inhabitables cazelles, mausolées plutôt ou mastabas… Qui peut le dire ?

Jean-Marie-Massou : tunnel dans le Lot
Jean-Marie-Massou : tunnel dans le Lot

Tout le terrain semble miné par de mystérieuses galeries. Et s’il n’est sans doute pas innocent de savoir que Jean-Marie Massou voue aux fourmis noires une véritable admiration, où donc se trouve le cœur de ce labyrinthe ? Est-ce le « Temple Chinois » dont il nous parlera sans jamais nous y conduire ? Est-ce la Salle aux concrétions, aux stalactites ? Ou est-ce la
porte magique du monde infini des rêves ? Qui peut, encore une fois, le dire ?

Le simple fait de creuser des trous semble avoir un Sens en soi, même s’il affirme avoir pris modèle sur ce qu’il a trouvé pour aménager ces grottes, pour les décorer comme des petits châteaux en miniature.

Au cours de la visite Jean-Marie Massou a livré quelques bribes sur ses motivations. Dès son plus jeune âge il a pris conscience de ses capacités prémonitoires ; celles-ci lui ont sauvé la vie en l’avertissant d’un imminent glissement de terrain par exemple. Mais il aurait aussi à plusieurs reprises anticipé en rêve sur d’autres événements… Une chose est sûre, c’est grâce à ce don qu’il voit les endroits où il doit creuser pour découvrir de nouveaux gouffres ou de nouvelles entailles dans le sol. Nul doute aussi que lors de son travail cyclopéen, il s’identifie à la matière brute dans une sorte de rêverie élémentaire analysée par Bachelard : ici, « La terre et les Rêveries de la Volonté » ne sont pas de vains mots ! Jean-Marie Massou est au sens propre un homme de l’âge de pierre et son alchimie de la matière englobe l’eau – et nous le verrons plus loin, d’une certaine manière – l’air. Alors que nous parlions des formes étranges que peuvent naturellement ( ?) prendre les roches, Jean-Marie Massou nous montre ce qu’il affirme être une baleine et suggère que jadis, dans l’eau qui a façonné cette forme il y aurait eu une « intelligence » au travail. Lui, l’analphabète s’exclame : «  Les cellules de l’eau auraient le pouvoir de sculpter… Il existerait une pensée et une volonté dans la matière… Mais les hommes ne voient rien de tout cela… ». Plus encore, avec ses mots à lui, notre créateur retrouve intuitivement la vision bachelardienne d’une « Morale de l’Eau »2! Massou développe alors une critique radicale de notre civilisation, pour lui, exténuée  : dangers atomiques, pollutions, surpopulation, drogues… sans parler de la tronçonneuse qui détruit facilement les forêts !

Mais alors, quel salut attendre ?
Quelle est la solution ?
Les hommes ? Non. Dieu ? Il n’y croit guère. Alors ?… N’y aurait-il pas d’autres « Êtres » ?…
Toutes ces fabuleuses excavations/constructions sont créées pour accueillir ces Extraterrestres, pour réaliser un paradis, havre de salut…

Dans ce champ rocheux, Massou a su réaliser un lieu où le rêve devient réalité. Il doit aussi s’inventer un langage universel. C’est pourquoi le site est parsemé de gravures rupestres, signes insolites qui doivent être compris par ceux qui sauveront notre monde.

Paradoxalement, dans cet effort quasi désespéré de recréer une langue immémoriale, Jean-Marie Massou, l’homme qui creusait des trous, redevient mon semblable, mon frère en création.

Gazogène n°17

Site consacré à Jean-Marie Massou

———————————————————————————

1 Plein Chant n°48
2
Cf. LEau et les rêves, le chap. à ce titre.


Jacques Martinez

Aucun amateur d’art singulier ne devrait négliger les Syndicats d’Initiatives. Car si la grande majorité des expositions qu’on peut y voir ne dépasse pas le niveau du macramé et de la peinture sur soie style troisième âge bien encadré, il arrive parfois pourtant qu’un véritable « franc-tireur » de la création s’y manifeste.

C’est ce qui s’est passé au printemps dernier, à Cahors, avec un certain Martinez.

Jacques Martinez
Jacques Martinez

Un certain Martinez

Né dans cette même ville en 1936, le voilà à l’âge de 17 ans, à la suite du décès accidentel de son pète, propulsé chef d’une entreprise de maçonnerie. Funeste événement et funeste responsabilité qui se traduiront par la faillite et les dettes mais, plus grave encore par ce qu’il faut bien appeler la perte de sa jeunesse.

Commencent alors des années de galère à Paris, toujours poursuivi par les échéances et les remboursements mais avec toujours une bonne dose d’humour et une certaine innocence permettant de dépasser la misère la plus noire.

Puis c’est le retour à Cahors.

Là, dans le sous-sol d’un pavillon Jacques Martinez va commencer à peindre en 1981, refaisant en toute naïveté l’itinéraire de la figuration à l’abstraction !

« Déconstruisant » la ville qu’il a sous les yeux il la recompose et la transpose dans son amoncellement de briques, de tuiles, de murs … pour le plus grand plaisir du spectateur. Il fallait entendre les réflexions durant cette mémorable exposition ! « C’est du Klee » disaient certains ; « C’est du Bissière »,  répondaient d’autres » ; « C’est cubiste » ; « Pas du tout, c’est du Naïf » … Mettons tout le monde d’accord : c’est du Martinez, un point c’est tout !

Peinture de Jacques Martinez

Ses ouvrages sont du reste exécutés avec la plus grande spontanéité et une totale liberté dans la composition sans aucune référence à d’autres artistes reconnus. Pour cette raison, Jacques Martinez utilise volontiers les pastels et les craies qui permettent une exécution immédiate comme la reprise ultérieure en fonction des moments disponibles. Face à cette œuvre importante tant par la qualité que par la quantité nous sommes une nouvelle fois confrontés avec un art spontané dont pourtant les subtilités et les trouvailles nous émerveillent.

Jean-François Maurice
Gazogène n°01

Le site de Jacques Martinez